LOI TRAVAIL : FO DIT NON RETRAIT DU PROJET DE LOI TRAVAIL

, par greg

La mobilisation contre le projet de loi travail se construit et se poursuit contre ce projet de loi inacceptable.

L’UD FO 37 appuie totalement la position de la Confédération FO de ne pas signer la position commune qui demande seulement une modification du texte à la marge.

Pour FO, c’est clair c’est tout l’esprit du texte qu’il faut combattre ! Pour FO, c’est un rejet total du projet de loi, il doit être retiré !

MANIFESTATION A TOURS : MERCREDI 9 MARS A 10H00 PLACE ANATOLE FRANCE

A l’appel de l’intersyndicale départementale : CGT/FO/SOLIDAIRES/FSU/UNEF

Appel intersyndical FO- CGT-SOLIDAIRES-FSU-UNEF

ÇA SUFFIT !

ABANDON DU PROJET DE « LOI TRAVAIL » Tous ensemble, salariés actifs et privés d’emploi, retraités et jeunes, reprenons notre avenir en main !

Le 9 mars à 10 H, manifestation unitaire et interprofessionnelle au départ de la place Anatole-France.

Droit du travail, UNEDIC, droits sociaux, statut des fonctionnaires, temps de travail, Sécurité sociale, services publics, salaires, emploi, éducation..., les reculs envisagés se multiplient, mais ne passeront pas !

Le refus se généralise contre le projet de loi « El Khomri », désormais dénommé « avant-projet de loi sur les nouvelles protections pour les entreprises et les salariés » (sic).

Les étudiants, et plus largement notre jeunesse, se mobilisent fortement avec de nombreux appels et notamment autour du 9 mars prochain. Les organisations syndicales signataires apprécient positivement cette traduction de la colère en envie d’agir et de gagner et appellent à la mobilisation le 9 mars. Elles invitent les salariés à mettre en débat partout les modalités d’action, de grève et de manifestation ce jour-là. L’annonce par Valls du report de la présentation de ce projet en conseil des ministres nous conforte dans la possibilité de faire reculer ce gouvernement. Le gouvernement doit prendre en considération les revendications qui s’expriment dans les entreprises, ainsi que le rejet massif du projet de loi « El Khomri ». Il doit maintenant annoncer son retrait et ouvrir une phase de négociations réelles avec les organisations syndicales et de jeunesse pour améliorer le droit des salariés. Les organisations syndicales signataires appellent à l’unité la plus large des salariés actifs et privés d’emploi, des étudiants, des lycéens et des retraités. Elles appellent plus largement l’ensemble de la jeunesse et des citoyens à s’engager dans la mobilisation et l’action.

Tous ensemble le 9 mars à 10 H !

Une première manifestation unitaire est organisée pour le retrait du projet de loi « El Khomri »

St-Avertin, le 3 mars 2016


télécharger l’appel unitaire ici

appel 9 mars unitaire

Communiqué UD FO 37

NI AMENDABLE NI NEGOCIABLE RETRAIT DU PROJET DELOI TRAVAIL

Le projet de loi Travail a été rendu public. Il est inacceptable dans sa « philosophie » et son contenu. Les satisfecits de messieurs Gattaz et Macron pourraient suffire pour justifier le rejet de ce texte. La confédération l’examine, article par article, car il est fréquent aussi que le diable se cache dans les détails ! Mais d’ores et déjà, certains points clés sont inacceptables, notamment :

- Le recours au référendum pour court-circuiter les syndicats afin d’imposer des re- mises en cause de droits individuels et collectifs.
- Payer moins les heures supplémentaires en élargissant les 10% au lieu de 25% pour le paiement des premières heures supplémentaires et en offrant la possibilité aux entreprises de pluri-annualiser la durée du travail.
- Faciliter les licenciements. Un salarié qui refuserait un accord ne serait plus licencié pour motif économique mais pour motif personnel, ce qui limiterait ses indemnités et ses possibilités de recours.

Par ailleurs, pour maintenir ou développer l’emploi, on pourrait diminuer les rémunérations hors salaires ! Enfin, on court-circuite les juges en accordant de nouvelles possibilités de licencier pour motif économique (perte de chiffre d’affaires ou de contrats, par exemple).

Et on demande aux syndicats, au niveau de la branche, de négocier la longueur de la corde pour pouvoir licencier.

Gattaz peut prendre sa retraite, le gouvernement travaille pour le patronat ! Et nous ne parlons pas du plafonnement des indemnités prud’homales... Au passage, pour court-circuiter les syndicats on ouvre un référendum, mais à l’Assemblée nationale on envisage de passer par l’arbitraire du 49.3.

Ce projet est une révolution libérale. Il sécurise les employeurs et fragilise les salariés. Il constitue pour les employeurs un permis de licencier.

Il faut donc le combattre. FORCE OUVRIERE s’y emploie dès maintenant ! Pour la Commission Administrative de l’UD FO 37, c’est clair : c’est le retrait pur et simple du texte, la seule revendication possible. On ne doit pas leurrer les salariés sur un aménagement de ce texte qui le rendrait acceptable sans toucher à l’esprit même de cette loi.

Pour cela, l’UD FO 37 avec ses syndicats du public comme du privé (car nous sommes tous concernés), est prête à engager une riposte d’ampleur, en informant largement les salariés dans les entreprises et services.

L’heure est à la préparation de la mobilisation et à la construction du rapport de force, par la tenue d’assemblée générale, de distribution de tracts d’information sur les dangers de cette loi pour les salariés. Là encore comme depuis 2013 nous sommes prêts à engager le combat avec toutes les organisations syndicales qui portent la même revendication, celle de voir ce texte passer à la trappe. Oui ce texte n’est ni amendable ni négociable c’est toute sa « philosophie » qui doit être combattue. D’ores et déjà, nous savons que le combat va être rude mais à Force Ouvrière nous pensons que pour préserver un Code du travail protecteur des droits des salariés, cela mérite une mobilisation générale des salariés, par la grève interprofessionnelle s’il le faut, nous y sommes prêts.

Fait à Saint-Avertin, le 25 février 2016.


Télécharger le communiqué ici :

com 25/02/2016

télécharger ici le tract confédéral :

loitravail FO dit non