Rassemblement FO/CGT du 28 juin 2018 Discours prononcé par l’UD FO 37 devant la Préfecture à Tours

, par greg

Discours prononcé devant 200 militants FO et CGT avec une majorité de cheminots en lutte pour l’abrogation de la loi pacte ferroviaire.

Réaffirmation des revendications, dans une ambiance fraternelle plusieurs intervenants FO et CGT des secteurs de la santé, SNCF, des gaziers se sont succédés durant une heure pour défendre le service public et la sécurité sociale mais aussi les statuts collectifs

Chers camarades

Je vous apporte le salut fraternel des syndicats FO d’Indre-et-Loire.

Aujourd’hui partout en France, à l’appel des confédérations FO et CGT, les salariés se mobilisent sous différentes formes, pour réaffirmer d’une part les revendications et d’autre part, prendre date pour construire et préparer le rapport de force interprofessionnel par la grève dès la rentrée.

C’est le mandat de notre dernier congrès confédéral et l’UDFO 37 s’inscrit pleinement dans cette orientation et se félicite de la tenue ce jour de ce rassemblement devant la Préfecture qui représente l’Etat et le gouvernement dans le département.

Oui, chers camarades, il est nécessaire de rappeler nos revendications et de tout mettre en œuvre pour arrêter un Gouvernement et un Président qui ont décidé méthodiquement, avec empressement de liquider l’ensemble des droits et des acquis obtenus par la classe ouvrière, répondant en cela à une vieille revendication patronale, celle qu’exprimait dès 2003 Denis KESSLER, je cite « l’axe des réformes est clair… Il s’agit de revenir sur tout ce qui a été mis en place par le CNR », en particulier la Sécurité Sociale, les services publics, les statuts et les conventions collectives.

Oui, cher camarades, Le Président et son Gouvernement non seulement s’attaquent à l’ensemble des droits collectifs et des garanties collectives, pour individualiser les quelques droits restants, mais de la même manière il liquide aussi toutes les valeurs républicaines, les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité, sans oublier la laïcité dont le Président Macron prouve tout son attachement à la loi de 1905 en devenant chanoine du Latran.

Individualiser, précariser, culpabiliser les travailleurs et favoriser les premiers de cordée c’est cela l’axe des réformes de ce gouvernement Macron/Philippe, qui vise à instaurer un néo-corporatisme dans les entreprises au mieux et qui vise aussi à faire disparaître les syndicats au plan interprofessionnel en leur retirant leurs prérogatives de créations de droit et de normes sociales.

Les organisations ouvrières que sont les syndicats sont les remparts et les digues naturels des salariés, de l’ensemble des travailleurs. A ce titre, les confédérations ouvrières ont donc une grande responsabilité, à commencer par énoncer clairement les revendications, je précise :
- Augmentation des salaires pour tous (public/privé) des mentions et des minima sociaux, contre l’augmentation de la CSG ; contre toute forme d’individualisation des carrières et des rémunérations (souvent le fait du prince) ; pour l’augmentation du point d’indice, pour à minima rattraper le pouvoir d’achat perdu par les fonctionnaires depuis son gel.

- Abrogation de la loi El Khomri et des ordonnances Macron, véritables machines de guerre pour détruire les garanties collectives contenues dans le Code du Travail et les CCN et pour affaiblir ou caporaliser les syndicats qui voudraient les défendre.

- Retrait d’Action publique 2022 qui prévoit de transférer au privé voire d’abandonner les missions de service public avec un plan de départs « volontaires » de 120 000 Agents et le remplacement des fonctionnaires protégés par un statut par des contractuels sans protection à l’image de ce que le gouvernement veut faire subir aux cheminots. CAP 2022 – Préfigure la casse et la disparition du statut général et des statuts particuliers de la FP.

- Maintien voire création des services publics de proximité, des bureaux de poste, des hôpitaux, des lignes ferroviaires secondaires, des écoles communales et/ou rurales, des trésoreries etc. Arrêt des politiques de coupes budgétaires qui étranglent et appauvrissent les collectivités locales.

- Retrait de la plateforme « PARCOURS SUP » qui instaure une sélection à l’entrée de l’université, remet en cause le baccalauréat comme premier grade universitaire qui permet de s’inscrire librement dans la filière de son choix. Défense de la formation professionnelle qui doit constituer un véritable vecteur de promotion sociale et de reconversion professionnelle ; maintien du CIF

- Défense de la Sécurité Sociale basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins » et retour à une vraie gestion paritaire de la protection sociale collective. Abandon des groupements hospitaliers de territoire qui associés aux contrats locaux de secteur à l’équilibre financier des hôpitaux entrainent à terme la suppression de 22 000 emplois.

- Maintien de la gestion paritaire de l’assurance chômage qui est à même d’apporter aux demandeurs d’emploi un revenu de remplacement permettant de vivre dignement. Retrait des mesures coercitives mises en place ou amorcées à l’encontre des demandeurs d’emploi.

- Abrogation de la loi pacte ferroviaire qui détruit le statut des cheminots (qui aujourd’hui se retrouvent à part sans aucun droit collectif) et qui prépare la privatisation de la SNCF. L’UDFO 37 soutient la grève des cheminots et les revendications portées. Oui, les cheminots ont mille fois raison de rester mobilisés pour exiger comme notre fédération le revendique
- Le maintien du statut
- Le retour à une SNCF une et indivisible
- Le refus de l’ouverture à la concurrence
- L’ABROGATION de la loi pacte ferroviaire

L’UDFO 37 continuera d’apporter son concours y compris financier pour les grèves décidées cet été.

Chers Camarades,

Il existe une question centrale qui concentre en elle-même toutes les attaques contre la classe ouvrière et les droits collectifs, je veux parler de la réforme des retraites annoncée par le gouvernement qui fait mine de concerter et d’étudier les différentes pistes pour instaurer un nouveau système de retraite dont personne ne veut.

L’objectif pour le gouvernement et le Président est double. Casser à nouveau un cadre collectif, un cadre de solidarité inter-générationnel et inter-professionnel, et d’autre part récupérer sur le dos des retraités 2 points du PIB sur le montant total des pensions versées. Camarades 2 points de PIB c’est plus de 44 Milliards d’euros pris dans la poche des salariés.

Face à cette attaque d’une ampleur inégalée, il est important de rappeler nos positions et notre revendication. La déclaration de la commission exécutive confédérale précise que FO s’opposera frontalement à toute réforme systémique des systèmes de retraite, la Confédération FO ne laissera pas faire ; Notre système des retraites c’est en effet la clé de voûte de notre modèle social républicain.

Dès maintenant il s’agit pour nous de réaffirmer nos revendications dans la clarté et si possible avec la plus grande unité.

Retraite : retour du droit à la retraite à 60 ans pour tous et à taux plein. Maintien de tous les régimes par répartition, de la CNRACL, du Code des pensions, des régimes spéciaux ! Non au Régime unique par points !

Oui Chers Camarades, Cette revendication sera centrale et déterminante. Dès maintenant et durant tout l’été, nous devrons informer les salariés, leur expliquer nos positions et nos revendications, organiser des réunions sur les lieux de travails, tenir des AG pour discuter de la situation.

La démonstration est faite depuis ces dernières périodes. Si nous nous fixons pour objectif de stopper la mécanique infernale ultra-libérale du Gouvernement, ses mesures brutales ; Alors il faudra frapper fort une bonne fois pour toutes et bloquer l’économie. C’est la seule issue pour le mouvement ouvrier et pour gagner.

Construisons dès à présent la grève interprofessionnelle reconductible à l’instar des camarades FO de SUD AVIATION qui en 1968 ont impulsé la généralisation de la grève. C’est à cette besogne syndicale que nous devons nous atteler pour gagner sur les revendications et contrer la civilisation de la barbarie et du chacun pour soi. Plus que jamais, l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes.

Je vous remercie pour votre attention.

Vivre la Confédération Générale du Travail FO.

Grégoire HAMELIN


discours 28 juin 2018